Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission “Loin des yeux, Près du cœur” - 17 mai 2019 – Manon Bélanger, AER Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 17 mai 2019 – Manon Bélanger, AER

Normay reçoit Manon Bélanger. Elles nous parlent de la Loi 113 et des procédures inadéquates instaurées, lesquelles entraînent des délais indéterminables et des insatisfactions. On termine l’émission avec deux beaux textes d’une mère d’origine et d’un adopté.

Bonne semaine.

Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

Il y aura trois volets au cours de l'émission d'aujourd'hui: L'aspect critique de la loi 113, le droit de veto et la lecture de deux textes

1) L'aspect critique de la loi 113:

Dans son application, il y a plusieurs mécontentements, malheureusement. Créée pour lever le secret, pour faciliter la quête des origines pour les personnes adoptées, elle a généré beaucoup d'espoir chez celles-ci, avec raison. Au final, le bilan n'est pas très positif.

En juin 2018, les actions mises en place par le gouvernement, pour actualiser leur loi, pour que soit-disant ça fonctionne bien, ont été dans un premier temps, la création de l'Équipe centralisée Info-adoption de Longueuil pour recevoir les différentes demandes des personnes adoptées et dans un deuxième temps, la publicité pour le droit de veto.

Dans les faits, une entrée massive de demandes, un tsunami de 14 000 demandes ont déferlé à Longueuil dans la première semaine, a-t-on appris. Les effectifs étaient donc beaucoup trop limités pour le nombre de demandes. On parle de 8 personnes pour toutes ces demandes alors c'est impossible d'y répondre! Le personnel tente de faire de son mieux mais les effectifs voulus n'y étaient pas. Des projections réalistes auraient dû être réalisées.

Il y a eu une mauvaise évaluation pour ne pas dire une évaluation inexistante. Tout cet achalandage de demandes n'avait pas été prévu. Il y a eu ajout de personnel, à la fin de l'hiver, mais c'est récent quand même et ce, sous toute réserve. Par conséquent, les demandes ont mal été orientées dont celles qui se sont retrouvées à Longueuil au lieu d'être dans les Centres jeunesse, dans les différentes régions du Québec. Un engorgement monstre a été provoqué et il y a des délais inacceptables, déraisonnables pour l'ensemble des gens concernés.

Les délais devaient être de l'ordre de 2 à 3 mois, les personnes âgées de 70 ans et plus et malades devaient être priorisées, ce qui n'est pas le cas selon les membres du Mouvement Retrouvailles. Les objectifs du départ n'ont pas été rencontrés. Les points importants qui avaient été soulevés par Mme Caroline Fortin du Mouvement Retrouvailles ont été balayés du revers de la main et n'ont donc pas été respectés. Par conséquent, nous assistons à un embouteillage monstre encore aujourd'hui et nous sommes à l'heure de pointe.

Nous souhaitons ardemment qu'après le 24 mai, il y ait peut-être une éclaircie suite à la rencontre prévue de Mme Caroline Fortin, présidente du Mouvement Retrouvailles avec le Ministre délégué de la Santé et des Services sociaux, M. Lionel Carmant.

Malheureusement, on n'a pas cru bon d'ajouter des effectifs et de prendre le réseau de professionnels expérimentés, déjà en place, dans les Centres jeunesse, eux qui avaient les dossiers en mains et qui connaissaient la clientèle de leur région. Tout cet imbroglio aurait pu être évité si on avait axé plutôt sur des explications des rouages de la loi, le mode d'opération, le mandat clair de la Centrale de Longueuil et le rôle des Centres jeunesse plutôt que de se concentrer sur garder la confidentialité pour les parents d'origine. C'est un manque important, flagrant!

Ensuite, comme nous faisons pour la plupart des projets, il y a habituellement une réévaluation à mi-chemin mais ici, ce n'est pas le cas. Il y a eu seulement un rajout de quelques personnes, à Longueuil, mais les délais sont toujours aussi inacceptables. Comme l'a mentionné Mme Fortin, nous sommes en mai et la Centrale traite les demandes du mois d'août. Il y a donc un grand retard et nous pouvons prévoir l'impact que l'autre vague, la deuxième portion de la loi 113, provoquera à compter du 18 juin prochain.

Le gouvernement a laissé-pour-compte les personnes adoptées en improvisant les choses au lieu de les organiser correctement. Il y a manifestement une méconnaissance du vécu des personnes adoptées ainsi que de celui des parents d'origine. Lorsque nous allons sur des sites Internet en rapport avec l'adoption, force est de constater la détresse, la peine, le découragement, le désespoir. Nous y rencontrons aussi de l'impatience, de la colère et des frustrations, justifiées. La loi 113 a été présentée comme le moyen pour enfin accéder à ses origines et on parle ici plutôt de renseignements au compte-gouttes. Il y a eu de mauvaises interprétations et des problèmes de communication.

2) Le droit de veto:

La publicité sur le droit de veto a généré et génère de la peur chez les mères d'origine; il n'y a rien de rassurant! Elles ont le droit de refuser la divulgation de leur identité pour empêcher une prise de contact (formulaire de refus à la communication de l’identité) mais il faudrait leur dire, par contre, qu'en tout temps, elles ont le droit de changer d'idée (formulaire de retrait de refus à la communication de l’identité) et de les informer que de toute façon, à leur décès, leur secret sera dévoilé. Sur la publicité aurait dû figurer que la personne doit savoir qu'au moment de son décès, la confidentialité sera levée. C'est une phrase de plus mais combien importante!

C'est irrespectueux. On ne donne pas d'autres alternatives aux mères comme faire un appel dans un Centre jeunesse ou envoyer une lettre dans laquelle elles pourraient donner des informations médicales, des photos ou alors tout autre renseignement qu'elles aimeraient transmettre à leur enfant, par une tierce personne, telle une intervenante du Centre jeunesse ou du Mouvement Retrouvailles. Il faut les encourager à le faire et le tout peut être anonyme. Il y a toujours quelqu'un, à quelque part, qui connaît le fichu secret.

Ils ont mis de l'avant une publicité pour inciter les mères d'origine qui désiraient garder l'anonymat à enregistrer un veto si elles voulaient garder leur identité confidentielle. La solution pour les parents n'est pas que de garder la confidentialité. On aurait dû parler des bénéfices de vivre une retrouvaille, de voir son enfant, une bonne attitude pour chasser la honte, le déshonneur et la culpabilité afin de se réconcilier avec cette vie négative, du passé, pour vivre au grand jour, une vie positive, au présent. Nulle part il en est fait mention...

Cette publicité a pris beaucoup de place dans les différents médias, à la radio, à la télé. Il y a eu des placardages de cette publicité un peu partout dans les divers points de services publics: hôpitaux, centres d'accueil, cliniques médicales, CLSC, CHSLD etc. Il y a eu beaucoup d'énergie déployée pour cette pub qui n'était pas vraiment aidante pour les personnes adoptées.

Il n'est pas étonnant de constater que plusieurs personnes se tournent vers les tests d'ADN, à l'heure actuelle. C'est par ce moyen, que certaines personnes adoptées peuvent arriver à leurs fins et trouver des pistes. « Des Colombos » et des « anges de la généalogie » viennent aussi à leur rescousse mais quand les gens retrouvent un membre de leur famille, il n'est pas conseillé d'entrer directement en contact avec lui. Il vaut mieux prendre une tierce personne de sa famille, de la famille du membre nouvellement retrouvé ou alors quelqu'un du Centre jeunesse et/ou du Mouvement Retrouvailles.

3) Lecture de deux textes:

Pour finaliser la rencontre, le premier texte est le témoignage d'une mère d'origine qui attend et qui demeure avec tous ses questionnements. Le deuxième est l'histoire de la personne adoptée en attente de sa maman, qui parle de la reconstruction de leur histoire et de la réconciliation avec la vie.

Loin des yeux, près du coeur est une tribune qui vous appartient. En tout temps, vous pouvez manifester votre insatisfaction et raconter votre histoire en rapport avec la loi 113 mais en demeurant toujours dans le respect. Il est évident que l'émission est écoutée et que les commentaires sont lus sur les réseaux sociaux et ce, autant par les Centres jeunesse que par l'Équipe centralisée Info-adoption, à Longueuil.

Merci à Mme St-Pierre et à Mme Bélanger pour leurs informations précises.

N'hésitez pas à commenter et à partager la page de l'émission en grand nombre et n'oubliez pas: « Aidez-nous à vous aider! »

Merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour la sonorisation et merci aussi au Mouvement Retrouvailles, commanditaire de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003



<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Règlements généraux adoptés par le C.A. | Rapport annuel 2018

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2019 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.