Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission “Loin des yeux, Près du cœur” - 15 mars 2019 – Lili Cotton, recherche demi-soeur Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 15 mars 2019 – Lili Cotton, recherche demi-soeur

Normay reçoit Lili Cotton de la Gaspésie. Mme Cotton a appris récemment, par sa mère, qu’elle avait une demi-sœur qui a dû être confiée à l’adoption à sa naissance. Cette petite fille est née le 27 ou 28 mars 1945, à l’Hôpital de la Miséricorde de Québec. Elle pesait 8 livres. Sa mère venait de la Gaspésie (L’Anse-aux-Griffons), elle avait 19 ans, était ménagère. Son numéro de matricule à l’hôpital était le 550. Elle a pu la prendre et la voir dans sa petite couchette pendant 2 jours, sans plus. La maman a aujourd’hui 93 ans, très lucide, et aimerait bien pouvoir retrouver sa fille avant le grand départ. Cette maman a livré son secret et elle est un bel exemple pour les autres mères qui ont dû poser le même geste, par le passé.

Bonne écoute et bonne semaine. N’oubliez pas notre colloque annuel, le 4 mai 2019, au Club de golf de Joliette.

Pour écouter votre émission :

RÉSUMÉ

Le 4 mars dernier, la mère de Mme Lili Cotton, une dame âgée de 93 ans, très lucide, placée en résidence, pleurait à chaudes larmes. Des employées ont alors téléphoné à sa fille Lili, qui était au travail, lui disant qu'il leur était impossible de consoler sa mère et que pourtant, elle ne souffrait d'aucune maladie.

Elle est donc accourue au Centre avec sa soeur. Elles ont parlé et c'est alors que leur mère s'est libérée d'un lourd fardeau, un secret vieux de 73 ans. Elle leur a annoncé qu'elle avait confié en adoption sa fille de 8 livres, née le 27 ou 28 mars 1945, à L'Hôpital de la Miséricorde de Québec. Elle était originaire de la Gaspésie (L'Anse-aux-Griffons). C'était la loi du silence, à l'époque. Elle a donc quitté le village afin que sa grossesse ne soit pas connue au grand jour afin de ne pas apporter le déshonneur sur sa famille.

Elle s'est donc rendue à l'Hôpital de la Miséricorde de Québec où elle est demeurée de décembre 1944 à la fin d'avril 1945. C'est son père qui l'y a emmenée et est venu la chercher en avril. Elle avait 19 ans, à la naissance de sa fille, et était ménagère. Son numéro de matricule à l'hôpital était le 550. On lui a placé son bébé sur son ventre après l'accouchement, pour peu de temps, et elle a pu voir sa fille aussi, au loin, dans sa petite couchette, pendant deux jours.

Quelles ont été vos réactions à votre soeur et à vous à l'annonce du secret de votre mère, demande Normay? Elles l'ont serrée très fort dans leurs bras. Elles ont tenté de soulager sa peine mais, pour elles, c'était un choc et en même temps, une très bonne et grande nouvelle. C'est ainsi qu'une soeur se rajoutait à la famille.

Leur mère avait tellement peur du jugement des gens car, dans ce temps-là, donner naissance à un enfant hors des liens du mariage était un déshonneur. En sortant de l'hôpital, la vie devait continuer, comme si de rien n'était, en gardant le silence et en se composant une autre vie, en faisant semblant, alors qu'un grand manque, un grand vide s'installaient à cause de cette séparation prématurée mère-fille.

Quand leur mère s'est mariée, elle avait mis leur père au courant de cette naissance. Ils ont gardé le silence toute leur vie durant. Ils étaient une famille unie, de dix enfants, et, à chaque accouchement, ça rappelait à leur mère la naissance de son premier bébé. C'est difficile de s'expliquer comment elle a pu vivre avec ce secret-là si longtemps!

Ils sont très fiers d'elle pour avoir eu le courage, la générosité de leur apprendre cette nouvelle, avant de quitter la terre, et aussi de permettre à cette dame, sa fille, leur soeur, maintenant âgée de 73 ans, d'être peut-être retracée si elle vit toujours. Elles ont hâte de connaître leur soeur ou alors tout autre membre de la famille qui pourrait se manifester. Maintenant que leur mère a pu dévoiler son secret, elle ne se sent plus seule, c'est libérateur! Elle se sent entourée et tous les membres de la famille ont appris cette nouvelle avec amour. Ce serait leur souhait le plus cher que de pouvoir offrir ce cadeau de la vie, celui de la deuxième chance, à leur mère et, en même temps, à eux également. Maintenant, à chaque jour, leur mère demande à ses filles s'il y a du nouveau...

Pourquoi ce matin du 4 mars, en particulier, leur mère a-t-elle décidé de divulguer son grand secret, demande Normay? En novembre dernier, leur mère a failli mourir et sans doute a-t-elle pensé pendant quatre mois, qu'elle pourrait apporter son secret avec elle, dans la mort, si elle ne le révélait pas bientôt à ses enfants. Elle se demandait si elle devait leur dire ou non.

À 93 ans, elle est tout un exemple pour d'autres mères d'origine qui n'ont pas encore osé livrer leur secret alors qu'elles ont dû poser le même geste qu'elle, par le passé! Leur mère pourrait en aider d'autres, même plus jeunes qu'elle, qui n'osent pas faire le grand pas à savoir se départir de ce lourd fardeau de leur secret. Elles restent emmurées dans leur silence et dans leur peur. Pourtant, à chaque fois que quelqu'un se libère, ça peut ouvrir la porte et permettre à d'autres de le faire.

Merci à Mme St-Pierre et merci à Mme Cotton pour son témoignage et chapeau à sa mère pour son grand courage et pour sa générosité! Partagez la page de l'émission en grand nombre et n'oubliez pas: « Aidez-nous à vous aider. »

Merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour la sonorisation et pour le choix de la pièce musicale « Madame Adrienne » interprétée par Gilles Vigneault.

Merci aussi au Mouvement Retrouvailles, commanditaire de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

Invitation pour le prochain colloque du Mouvement Retrouvailles, le samedi 4 mai 2019, de 9h00 à 17h00, au Club de golf de Joliette, Banquets du Parcours. On y parlera de la Loi 113 et de la résilience. Toutes les informations se retrouvent sur la page Facebook du Mouvement Retrouvailles.

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Règlements généraux adoptés par le C.A.

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2019 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.