Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 15 février 2019 Émission spécial Loi 113 Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 15 février 2019 – ÉMISSION SPÉCIALE LOI 113

Cette semaine, comme plusieurs des usagers de la Centrale Info-adoption sont insatisfaits des services reçus, Normay et Caroline font un tour d’horizon et font appel à vous tous pour agir. Aidez-nous à vous aider. Seul, le Mouvement Retrouvailles ne peut arriver à tout. Il est important que les gens agissent de façon individuelle également.

En conclusion, on vous lance l’invitation pour le prochain colloque, le samedi 4 mai 2019, de 9h00 à 17h00, au Club de golf de Joliette. On y parlera de la Loi 113 et de la résilience.

Bonne écoute et bonne semaine.

Pour écouter votre émission :

N'hésitez pas à partager

RÉSUMÉ

D'emblée, le Mouvement Retrouvailles (MR) est là, pour aider les gens, pour les représenter et pour faire des recommandations. Il est là pour aider mais les gens doivent s'aider! Les résultats de leur implication, s'ils sont positifs, seront à leur avantage; ce sont eux qui en profiteront. Il est important que les membres agissent de façon individuelle, également, avec le Ministère de la Santé et des Services sociaux et avec le Ministère de la Justice pour leur démontrer leur insatisfaction à différents niveaux, en rapport avec la loi 113.

Question de délais:

Ils sont vraiment inadmissibles pour plusieurs. En café-rencontre, récemment, Caroline en faisant un tour d'horizon, a pu réaliser que les individus qui ont reçu une réponse, majoritairement, n'étaient pas dans les dossiers prioritaires et ceux qui l'étaient, n'avaient pas encore reçu de réponse après 8 mois, des gens de 70 ans et plus avec des dossiers complets qui savaient que leurs parents étaient décédés. De toute évidence, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Cet aspect est le plus grand irritant dans le traitement des demandes.

Il y a aussi l'incompréhension de la loi et celle du mandat spécifique de la Centrale:

Elle a reçu plusieurs demandes qui ne cadraient pas dans son mandat ni avec la portion de la mise en vigueur de la loi. Les personnes qui ne savent pas si leurs parents sont décédés ou qui savent que leurs parents sont vivants doivent attendre pour faire leur demande car entre juin 2018 et juin 2019, les dossiers traités sont ceux dont les parents d'origine sont décédés. À partir de juin 2019, ce sera tous les autres.

La première démarche à faire est la confirmation, par le Centre jeunesse, que les parents sont décédés. C'est plus rapide et les gens n'auraient pas besoin d'attendre autant. Actuellement, la Centrale Info-adoption n'a pas accès à tous les dossiers au Québec et elle doit alors passer par les Centres jeunesse, ce qui ralentit le processus. Les délais viennent du fait que l'on part de l'usager → la Centrale → le Centre jeunesse → la Centrale → l'usager. C'est plus long pour l'attente et les risques d'erreurs sont plus grands en ayant plus d'étapes dans le processus. Les dossiers peuvent se perdre, les informations peuvent être incomplètes et il peut y avoir une incompréhension dans le dossier.

Au niveau des Centres jeunesse, les dossiers devaient être numérisés avant le 31 mars 2019 mais il y a eu un report dans le temps. Il devait y avoir un rajustement car c'était impensable d'y arriver avec le volume trop imposant de dossiers. La numérisation a pour but de centraliser le tout dans un système informatique et les gens qui travaillent sur les dossiers auront accès à cette base de données pour aller chercher les informations. Veut-on enlever des attributions à des Centres jeunesse qui fonctionnent très bien actuellement pour aller centraliser les opérations dans 3-4 Centres jeunesse spécifiques, pour la grandeur du Québec? Si c'était le cas, il y aurait à craindre encore des attentes de 5-6-10 ans comme autrefois.

Il y a deux semaines, Caroline a parlé à la responsable au ministère de la Santé et des Services sociaux, Mme Lemay. Elle lui a dit que ce n'était pas l'idée du siècle de mettre la Centrale de Longueuil sur pied; celle-ci n'était pas d'accord mais Caroline et ses membres ne sont pas de son avis.

Il aurait été préférable de laisser à chacun des Centres jeunesse la responsabilité de gérer ses dossiers, dans sa région. Si l'idée derrière tout ça est de ne placer que 3-4 pôles pour répondre à toutes les demandes du Québec, ça entraînera des délais additionnels alors qu'ils sont déjà longs.

S'il y avait un système informatique encore faudrait-il qu'il soit extrêmement puissant et très bien monté afin que toutes les informations soient accessibles aux gens.

Aussi, on ne respecte pas les priorités pour l'âge soit 70 ans et plus, pour les conditions médicales extrêmes, pour les procurations et ni pour l'ordre d'entrée des demandes. Un usager a eu comme réponse qu'il y avait des ratios, par région, c'est vraiment incroyable!

À sa rencontre avec Mme Lemay, il y a deux semaines, Caroline lui a remis 7-8 dossiers spécifiques à vérifier, à sa demande, car selon elle, tout va bien. Il faudra voir alors pourquoi ces gens n'ont pas reçu de réponse. Celle-ci devrait arriver sous peu.

Il y a les intervenants, les adjoints, les directeurs et ceux qui chapeautent la Centrale, dont Mme Lemay, qui elle a aussi des patrons qui prennent des décisions et ensuite la ministre. Il est donc important d'écrire à la ministre elle-même pour ne pas que les messages restent sur les bureaux des hauts fonctionnaires car la ministre ne sera jamais au courant de toutes nos doléances; elle ne sera pas au courant de ce qui se passe. Il est important que la ministre de la Santé et la ministre de la Justice du Québec sachent ce qui se passe et, de là la collaboration demandée par Mme Fortin. Si les problèmes existants ne sont pas rapportés, le grand public tout comme pour les décideurs croiront que tout va bien. Il faut agir maintenant.

Du côté des procurations, en principe, selon ce que l'on comprend de la loi, une procuration est supposée être reconnue mais, au décès de la personne, la procuration n'est plus valide, n'est plus reconnue par les Services sociaux. On ne peut qu'agir alors pour la personne du vivant de cette personne ( si elle est inapte, analphabète, a des problèmes cognitifs, souffre d'Alzheimer etc.).

Une des préoccupations, presque la recommandation no 1 du Mouvement Retrouvailles, est de pouvoir faire suivre les dossiers aux descendants des personnes adoptées qui sont décédées.

Également, il y aurait eu des cas d'impolitesse, d'impatience, de non compréhension des besoins des usagers de la part des intervenants. Il y en a eu beaucoup, au début, et il y en a encore, mais moins. Les gens qui sont là en poste répondent à des humains qui s'attendent d'être traités comme tels d'autant plus que pour plusieurs personnes, l'attente est sur plusieurs décennies.

Il est aussi possible d'apporter un commentaire dans les journaux, dans l'« Opinion du lecteur ». Les conseillers politiques les lisent. Plus on en parlera, plus il y aura de chance que les choses changent et avancent. La solidarité est importante. Il faut toutes et tous mettre l'épaule à la roue.

Le Mouvement Retrouvailles représente ses membres mais ceux-ci doivent se manifester; ce ne sont pas des « fantômes ».

Il ne faudrait pas penser que l'on « frappe » sur les intervenants. Nous sommes conscients qu'ils ont des milliers de demandes, qu'ils sont en quantité insuffisante et qu'ils ont énormément de travail. Si les choses ne changent pas pour le mieux, les intervenants resteront dans cette «bouillie » -là et s'en iront vers un entonnoir au lieu de laisser les choses aller via les Centres jeunesse comme ça se fait actuellement.

Y a-t-il des jeux de coulisses? Plus ça va, plus on peut s'attendre à ce que des Centres jeunesse perdent leurs services d'antécédents-retrouvailles et ce serait très malheureux car certaines personnes dans des Centres jeunesse sont très efficaces, ont beaucoup d'ancienneté et seraient sans doute remerciées du revers de la main, si toutefois il y avait une fermeture des services.

En bout de ligne, ce sont les usagers en attente ou ceux qui viennent d'entamer des démarches de recherche avec un Centre jeunesse X qui seront pénalisés, perdants. Tout à coup, ils auront peut-être à traiter avec un autre intervenant alors qu'ils avaient déjà un contact privilégié avec le premier, en qui ils avaient placé leur confiance. Celui-ci connaît déjà le dossier de l'usager. Faudra-t-il tout recommencer et revenir à la case départ? Ce n'est pas logique! Au final, les décideurs ne sont pas ceux qui sont sur le terrain; il y a des éléments dont ils ne sont pas au courant et d'autres qu'ils ne comprennent pas.

En conclusion, on vous lance l’invitation pour le prochain colloque du Mouvement Retrouvailles, le samedi 4 mai 2019, de 9h00 à 17h00, au Club de golf de Joliette, Banquets du Parcours. On y parlera de la Loi 113 et de la résilience.

AU PROGRAMME
Informations générales
Échanges ad-lib
Témoignage et conférence sur la résilience
Collations
Dîner (Buffet froid)
Coût : 60,00 $

Merci à Mme Normay St-Pierre et merci à Mme Caroline Fortin. Partagez la page de l'émission en grand nombre et n'oubliez pas: « Aidez-nous à vous aider. »

Merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour la sonorisation et pour le choix de la pièce musicale « Il faudra leur dire » interprétée par Francis Cabrel.

Merci aussi au Mouvement Retrouvailles, commanditaire de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003

<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Règlements généraux adoptés par le C.A.

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2019 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.