Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission "Loin des yeux, Près du coeur" - 31 août 2018 - M. Michel Nadeau, adopté Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 31 août 2018 – M. Michel Nadeau, adopté

En cette deuxième semaine de la saison, Normay reçoit M. MIchel Nadeau, adopté, né le 21 août 1948, à domicile. Une amie de sa mère est allé le reconduire à la Crèche de la Réparation de Pointe-aux-Trembles. Il a été adopté dans la région de Sherbrooke via la Société de la réhabilitation de Sherbrooke. Comme plusieurs, il est à la recherche de ses origines. Sa mère avait 25 ans, 5'3", 98 lbs, yeux bleus, cheveux blonds, commis dans un magasin. Aucune mention sur le père. Le nom donné à la naissance était Paul-Émile Théorêt.

Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

M. Michel Nadeau est né le 21 août 1948, à domicile, à 22h00. Une amie de sa mère est allée le reconduire à la Crèche de la Réparation, à Pointe-aux-Trembles, le lendemain de sa naissance. Son nom fictif, à la naissance, était Paul-Émile Théorêt. Il pesait 7 livres et 1 once. Il a été baptisé le 26 août 1948.

Sa mère avait 25 ans, à sa naissance. Elle mesurait 5 pieds et 3 pouces et pesait 98 livres. Elle était blonde, aux yeux bleus et était commis dans un magasin. Elle devait travailler et ne pouvait pas le garder.

Le 10 février 1950, il a été placé chez ses parents M. et Mme Napoléon Nadeau qui habitaient à Sherbrooke, dans la paroisse de Notre-Dame-du-Rosaire. Son père était âgé d'environ 60 ans et sa mère, d'environ 52 ans. Celle-ci a eu 13 grossesses et a perdu 2 enfants. L'avant-dernier avant son adoption avait 12 ans de plus que lui. Il a été adopté dans la région de Sherbrooke via la Société de Réhabilitation de Sherbrooke, à 18 mois.

Quand il a fait sa demande pour ses antécédents sociobiologiques, en 1983, on lui avait mentionné que le nom de sa mère n'était pas au dossier. Avec la loi 113, en juin dernier, il a communiqué avec une intervenante du Centre jeunesse où il a été adopté, qui elle, a réussi à sortir son dossier. Elle lui a indiqué que le nom de sa mère était bel et bien inscrit au dossier (fictif ou réel?). On lui aurait donc menti, à l'époque. Sa mère serait âgée de 95 ans. Il ne sait pas si elle est décédée, si elle vit encore à Montréal ou alors si elle a des frères et des soeurs.

Avec la loi 113, il est possible de faire une demande sur une base annuelle au lieu d'à tous les 2 ans, comme avant, pour savoir si la mère d'origine est décédée. Il vient d'avoir 70 ans. Michel entre donc dans la catégorie des dossiers prioritaires.

M. Nadeau nous fait part qu'il y avait un écart d'âge important avec son plus jeune frère le précédant soit de 12 ans. On peut l'expliquer par le fait que sa mère, une personne croyante et fervente, avait fait une promesse à la Ste-Vierge Marie à l'effet que si son père recouvrait la santé, elle adopterait un enfant.

Elle s'est effectivement rendue à la crèche et a emmené une petite fille à la maison. Malheureusement, elle était malade et, à cette époque, les frais de santé n'étaient pas couverts par la RAMQ.

D'un commun accord, ses parents ont retourné la petite à la crèche. Ceux-ci sont allés avec deux de ses soeurs adoptives. Michel pleurait et une de ses soeurs l'a pris dans ses bras et il a cessé de pleurer. Elle l'enlevait de ses bras et il pleurait à nouveau. Il a continué ce petit manège pendant quelque temps. Ses soeurs ont alors convaincu leur mère de prendre Michel. Son père adoptif est « tombé en amour » avec lui et Michel le suivait partout où il allait.

Ses parents aimaient beaucoup les enfants. Ils en avaient 11 vivants à son arrivée dans sa famille. Ils étaient déjà grands-parents et arrières-grands-parents.

Sa mère était malade et au décès de son mari, elle a dû placer Michel en orphelinat. Il avait 3 ans au décès de son père et il regrette de ne jamais avoir pu lui dire « papa » et ça lui a manqué tout au long de sa vie.

L'Orphelinat-Pensionnat de Black Lake (Hospice St-Joseph), dans la région de Thetford Mines, était dirigé par les Soeurs de la Charité de St-Louis. Il y est demeuré de 6 ans à 12 ans, Il a été malheureux, il se sentait en prison. À l'âge de 12 ans, la santé de sa mère s'étant améliorée, il est allé vivre en appartement avec elle, pendant 4 ans, soit de 12 ans à 16 ans. Sa mère était très courageuse. Elle a surmonté plusieurs épreuves il a une admiration sans bornes pour cette femme. Ce sont les seules années dont il se souvienne avec sa mère. Par la suite, elle est allée vivre chez son fils, celui précédant Michel.

Sa marraine adoptive, avant-gardiste et respectueuse de son filleul adoptif, lui a donné le choix d'où il désirait vivre. Son choix s'est arrêté sur Black Lake et il y est resté de 16 ans à 19 ans.

À ses 19 ans, au décès de sa mère, il a commencé à prendre plus d'indépendance, d'autonomie et il est parti s'installer à Québec. Il s'y est marié.

Il s'est impliqué activement auprès du Mouvement Retrouvailles, à Québec, dans ses débuts, et avait délaissé l'implication active, au fil des ans, sans toutefois laisser tout de côté. Il a recommencé à nouveau tout en faisant une mise à jour de son dossier et en y joignant une procuration car avec la loi 113, cet item devait être reconnu mais ne l'est pas, dans les faits, pas encore, à tout le moins. Il est donc préférable d'en fournir une.

Merci à Mme Normay St-Pierre et à M. Michel Nadeau pour avoir partagé avec nous, son histoire de vie. Nous lui souhaitons que sa mère soit vivante et, si ce n'est pas le cas, qu'il puisse, à tout le moins, rencontrer des membres de sa fratrie. Bon succès!

Merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour la sonorisation et pour le choix de la pièce musicale « Je voudrais tant que tu sois là » interprétée par Serge Lama. Merci aussi au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2018 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.