Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission "Loin des yeux, Près du coeur" - 25 mai 2018 - Suzanne Pariseau, adoptée Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 25 mai 2018 –Suzanne Pariseau, adoptée

Normay reçoit, cette semaine, Mme Suzanne Pariseau, adoptée. Suzanne est également directrice du site « L’Histoire des crèches du Québec », site fondé par M. Robert Carrière, lequel nous a quitté il y a de cela quelques jours. Après plusieurs années de recherches, Suzanne était face à mur car ses parents biologiques étaient introuvables. Grâce à l’ADN, elle a enfin retrouvé sa mère biologique, ainsi que quelques frères et sœurs maternelles. Une longue recherche qui se termine par un beau résultat.

Suzanne et Normay parle également de Robert Carrière et de son œuvre.

Bonne semaine!


Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

Mme Pariseau a débuté ses recherches pour retrouver sa mère en 1990 avec des arrêts, de temps à autres, pour prendre du recul. Dix ans plus tard, en 2000, au Centre jeunesse, on lui a dit qu'on fermait son dossier car il était indiqué mère introuvable - père introuvable. Elle a donc presque tout arrêté mais elle a quand même adhéré à des sites d'adoption, sur Internet, au cours de ces dix-sept ans.

En 2017, elle a commencé à regarder pour les tests d'ADN avec la compagnie Ancestry. Des ami(e)s lui avaient dit de tenter sa chance. Son réflexe était de dire non parce que sa mère était introuvable, sans famille, donc, ça ne lui laissait que peu d'espoir. Elle s'est dit qu'elle perdrait 130$ mais s'est tout de même inscrite à Ancestry. Elle a laissé les choses aller, sans aller voir tout de suite s'il y avait des matchs possibles.

Elle a reçu un appel de Julie Massé (France), personne adoptée, qui lui a offert son aide pour interpréter les résultats de son test mais elle était peu confiante, très sceptique. Susan se disait qu'elle ne trouverait pas, elle non plus.

En novembre 2017, Julie Massé lui apprend qu'elle a une cousine. Ça ne se peut pas, se dit-elle. Dans mon dossier d'adoption, il est indiqué que ma mère est fille unique. Elle laisse donc les choses en suspens. Julie revient donc à la charge en lui disant que c'était sérieux, qu'elle avait bel et bien une cousine, qu'elles avaient les mêmes grands-parents et que leur grand-mère était décédée à 100 ans. Erreur sur la personne, se disait Susan.

Julie a poursuivi ses recherches pour lui annoncer qu'elle avait retrouvé sa mère d'origine et qu'elle avait des frères et des soeurs. Au début, n'y croyant pas plus qu'il en faut, Susan disait: « Tu as retrouvé ma mère? » « Oui, de répondre Julie. Elle a des enfants donc, tu as des soeurs et des frères. » Susan lui a répondu: « Tu dois sûrement te tromper de Susan Pariseau! » et Julie de lui répondre: « Non, il n'y en a qu'une seule! »

Elles ont donc fait des recherches avec l'aide de Caroline Fortin du Mouvement Retrouvailles pour retrouver cette famille-là qui n'a pas répondu mais au moins, elle savait que sa mère n'était plus introuvable. Comme Susan savait le nom des enfants de sa mère, elle a choisi deux noms de fille, au hasard. Elle leur a écrit à chacune une lettre leur disant qu'elle avait passé un test d'ADN avec Ancestry et que le test démontrait, hors de tout doute, qu'ils avaient les mêmes grands-parents, qu'elle était donc parente avec elles et qu'elle recherchait ses origines. Elle ignorait si une réponse suivrait. C'était un coup de dé mais les deux personnes ont répondu oui à Caroline et ont dit qu'elles entreraient en contact avec Caroline et Susan.

Susan a eu la surprise de sa vie! Sa mère est bien vivante et est âgée de 98 ans. Susan l'a rencontrée et tout s'est bien déroulé. C'était émouvant! À 98 ans, elle a des pertes cognitives et cette naissance a été un secret gardé pendant 70 ans. Mais, quand sa mère l'a vue, elle lui a dit: « Tu es ma fille ». Ce fut un choc, heureux, pour toutes les deux Certains membres de la famille sont fâchés car la retrouvaille s'est faite à leur insu mais leur mère avait le droit de garder son secret tout ce temps tout comme elle avait aussi le droit de le révéler maintenant. Elle se demandait comment le dire et comment, bien sûr, il serait reçu... Elle connaît ses filles et ses garçons et n'en parle pas parce que personne ose ouvrir la porte. En quelque sorte, elle est encore dans le secret et c'est bien malheureux qu'ils ne fassent pas le pas pour pousser justement cette porte...

Susan respecte cette situation. L'important est la rencontre avec sa mère. Pour le reste de sa fratrie, un jour ou l'autre, la situation se replacera sans doute... Son rêve, depuis qu'elle est toute jeune, le but ultime de sa quête était de rencontrer celle qui lui a donné la vie et son rêve s'est réalisé. Elles se sont rencontrées à trois reprises. Elles ont les yeux semblables, le même groupe sanguin et ont toutes les deux des maladies cardiaques.

Les deux plus jeunes de la famille font obstruction à cette retrouvaille. Pourtant, Susan ne veut rien leur enlever, ne veut pas prendre la place de quiconque d'autre. Elle désire seulement prendre la place qui lui revient, sans plus. Son test d'ADN prouve sa filiation et sa soeur aînée l'a passé aussi donc, c'est confirmé pour les liens alors pourquoi le nier? Ça change quoi dans leur vie? Pourquoi ne pas offrir ce cadeau-là à leur mère? Elle pourrait se libérer de ce secret et vivre ses dernières années plus sereinement. En souhaitant que sa fratrie apprivoise cette situation mais, comme le mentionnait Susan, elle se sent en paix avec leur décision.

Dans un autre ordre d'idées, Robert Carrière a fondé l'Histoire des Crèches au Québec (HCQ) sur sa page Facebook, le 4 septembre 2012, avec Susan Pariseau et Hélène Fortier (décédée). Robert est décédé le 19 mai dernier des suites d'une longue maladie. En 2016, il cédait les droits de sa page, de son « bébé » à Susan Pariseau qui en est la directrice. Robert était un « fouilleux » et il y a donc une somme très considérable de documents inédits, de lettres, de coupures de journaux qui sont placés sur HCQ, en rapport avec les crèches et le sort réservé aux filles-mères et à leurs bébés, entre autres. Le site lui tenait à coeur et Susan, avec ses administratrices, sauront le maintenir bien vivant et passionnant.

Merci à Mme Normay St-Pierre, merci à Mme Susan Pariseau pour son témoignage et merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour la pièce musicale « Toutes ces choses » interprétée par Céline Dion. Merci aussi au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

À la semaine prochaine!

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2018 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.