Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission "Loin des yeux, Près du coeur" - 27 avril 2018 - Raymonde Thibeaullt, adoptée Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 27 avril 2018 – Raymonde Thibeault, adoptée

Normay reçoit Raymonde Thibeault, adoptée, à la recherche de sa fratrie et de ses origines. Sa mère ne pouvait pas se permettre de donner suite à sa demande de retrouvailles au moment de ses démarches dans les années 1990. En 2017, elle a appris qu’elle était décédée accidentellement par noyade, mais elle ignore l’âge et/ou l’année du décès. En écoutant son témoignage, vous aurez diverses informations. Si vous croyez reconnaître cette histoire, faites-nous signe. Merci de nous écouter.

Bonne semaine!


Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

Mme Thibeault a appris en septembre 2017, par le Centre jeunesse, que sa mère d'origine était décédée accidentellement, par noyade, sans connaître l'année de son décès ni son âge. Elle souffrait de problèmes cardiaques. Elle aimerait bien retrouver sa fratrie.

En 1983, Mme Thibeault a fait la demande de ses antécédents sociobiologiques, qu'elle a reçus. Elle est née le 18 novembre 1955, à l'Hôpital de la Miséricorde de Québec et a été adoptée à l'âge de 5 semaines.

Sa mère avait 29 ans, à sa naissance; ce n'est donc pas une grossesse d'adolescence... Elle était multipare, par ailleurs. Elle serait née en 1925-1926 et croit connaître son véritable prénom qui serait Juliette. Elle mesurait 5 pieds et 7 pouces et pesait 150 livres. Sa mère était cuisinière aux cheveux et aux yeux bruns. Son père était cultivateur et on connaissait peu le père.

En 1993, avec le Projet pilote retrouvailles, payant, le Centre jeunesse avait localisé et retrouvé sa mère d'origine qui avait alors refusé les retrouvailles parce que son conjoint ignorait cette naissance. Ce n'était pas lui le père, donc, le processus s'était terminé là.

Par la suite, Mme Thibeault a mis ce projet en veilleuse. En bas âge, en fait, depuis toujours, elle a su son statut d'adoptée car ses parents ont eu l'intelligence et la générosité de lui expliquer que sa mère d'origine était célibataire et ne pouvait pas la garder, à cette époque. Elle avait compris, l'avait intégré à sa vie et ne le ressentait pas comme un abandon mais, cependant, à 38 ans, son refus a été ressenti comme un rejet et Mme Thibeault a eu de la difficulté à surmonter cette épreuve.

Au-delà des raisons invoquées pour son refus, en rapport avec son mari qui ignorait cette naissance de 1955, ça semble insatisfaisant comme réponse. Elle aurait quand même pu transmettre certaines informations à Mme Thibeault, sans donner de noms, tout en précisant à sa travailleuse sociale qu'elle n'avait jamais oublié sa fille, par exemple, ce qui aurait permis, à tout le moins, d'alléger quelque peu sa blessure du refus.

En fait, le moment où son intervenante l'a contactée n'était pas opportun pour lui parler. C'est ainsi que sa mère attendait un appel de son médecin pour faire son admission à l'hôpital. Elle aurait dit qu'elle n'avait pas le temps de lui parler au téléphone mais qu'elle la rappellerait après avoir eu son congé de l'hôpital.

Pendant son hospitalisation, elle a eu tout le loisir de se poser plusieurs questions et aurait alors écrit au Centre jeunesse pour leur faire savoir que sa décision était irrévocable compte tenu que son mari n'était pas au courant de cette grossesse. Le Centre jeunesse, par conséquent, a donc considéré qu'elle était informée et ne l'a jamais contactée à nouveau. On ne lui a pas offert le service pour les échanges de photos et/ou de lettres, dans l'anonymat. Ce fut la décision rendue, à l'époque, discutée pendant une semaine. Mme Thibeault n'a donc pas eu d'autre choix que de s'y résoudre et d'accepter, plutôt se résigner, en fait.

Mme Caroline Fortin, du Mouvement Retrouvailles, lui a suggéré, en septembre 2017, de faire une relance dans son dossier pour ses antécédents et pour savoir si sa mère vivait toujours et c'est à ce moment-là qu'elle a appris son décès. Mme Thibeault ignorait qu'elle pouvait communiquer avec le Centre jeunesse, après la décision rendue, et il s'est donc écoulé un long laps de temps soit 24 ans (1993-2017) au cours duquel sa mère est décédée.

Avec les nouvelles avenues qui s'ouvrent pour les tests d'ADN, Mme Thibeault a passé son test d'ADN récemment, avec Ancestry, mais les résultats sont décevants car les gens qu'elle tente de rejoindre ne semblent pas réceptifs et/ou seraient elles aussi des personnes adoptées.

Elle a suivi une formation avec Carrefour ADN et Mme Line Lachance (qui offre cette formation) lui faisait part qu'avec les indices mis à sa disposition, ce serait un travail ardu. En effet, pour la première étape, il s'agit de contacter toutes les personnes visées à savoir 114, sur Facebook, qui porteraient le même nom! Il faut donc prendre le temps de leur écrire, les unes après les autres et ce n'est pas simple!

Mme Thibeault, fille unique, aimerait bien retrouver soeur(s) et/ou frère(s). Ce serait pour elle extraordinaire mais cependant, elle est bien consciente qu'il ne faut pas avoir des attentes exagérées, qu'il faut y aller à petites doses, dans le respect.

Mme Thibeault mentionne que sa mère, sa fille et elle se ressembleraient physiquement. Elle ajoute que sa fille lui ressemble et, à l'instar de la plupart des personnes adoptées, elle se demande, elle, à qui pourrait-elle bien ressembler?

En conclusion, en écoutant l'histoire de vie de Mme Thibeault, si vous croyez peut-être la reconnaître, n'hésitez pas et communiquez avec Mme Caroline Fortin du Mouvement Retrouvailles qui se fera un plaisir de vous entendre et de vous aider. Sa mère d'origine avait 67-68 ans lors du refus de contact, en 1993. Elle serait âgée de 92 ans.

RAPPEL
Colloque du Mouvement Retrouvailles

On fait un rappel du colloque du Mouvement Retrouvailles qui célèbre ses 35 ans d'existence, le 5 mai, au Holiday Inn de Longueuil, Salle Verchères B de 13h30 à 23h00. Il y a 95 personnes inscrites jusqu'à maintenant. Toutes les informations sont sur la page Facebook du Mouvement Retrouvailles: https://www.facebook.com/MouvementRetrouvaillesAdopteesNon…/
ainsi que sur le site officiel du Mouvement Retrouvailles:
www.mouvement-retrouvailles.qc.ca

Merci à Mme Normay St-Pierre et merci à son invitée Mme Raymonde Thibeault à qui nous souhaitons bon succès dans ses démarches de recherches. Merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour son choix de chanson « L'amour est une maison » interprétée par Yves Duteil.

Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission. ​

Il est possible de vous procurer le livre de Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

À la semaine prochaine!

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2018 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.