Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission "Loin des yeux, Près du coeur" - 20 avril 2018 - Caroline Fortin, Mouvement Retrouvailles Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du cœur” du 20 avril 2018 – Caroline Fortin, Mouvement Retrouvailles

Cette semaine, Normay et Caroline vous parlent des enjeux entourant la fratrie. Elles vous font un petit rappel sur le colloque du 5 mai prochain. Merci de partager.

Bonne semaine!

Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

Thème abordé cette semaine:
La fratrie

Quand on retrouve un parent, souvent, en même temps, on retrouve des frères et des soeurs et parfois, pour eux, c'est un choc que d'apprendre que leur mère a dû confier un enfant à l'adoption, par le passé, et c'est la première nouvelle qu'ils en ont. Les gens ne réagissent pas de la même manière. Chacun(e) vit cette nouvelle, à sa façon, à son rythme, d'où le respect fondamental des limites de chacun(e) dans les différentes manières de penser et de voir cette situation. C'est difficile de tout amalgamer ces facteurs pour que ce soit satisfaisant pour toutes les personnes concernées. Il faut faire attention pour que chacun(e) ait sa place et soit à l'aise dans cette « nouvelle vie ».

Concernant les retrouvailles de Mme Fortin, par exemple, sa mère a pris quelque temps avant d'annoncer la nouvelle de sa fille à ses enfants. Elle l'a fait pour ses filles, dans un premier temps, et dans un deuxième temps, pour ses garçons. Il a fallu presque deux ans avant une rencontre avec ses frères et ses soeurs.

Une de ses soeurs avait un peu plus de difficulté avec cette nouvelle situation; ça lui appartient de réagir de la sorte et les autres membres de la fratrie ne doivent pas lui en vouloir. Elle réagit à sa manière. Mme Fortin avait dit que lorsqu'elle sera prête, elle l'accueillera. Elles se parleront mais elle ne veut surtout pas la bousculer, la forcer.

Souvent, la première réaction quand la fratrie apprend pour l'enfant de leur mère né hors mariage, est: « Pourquoi ne pas nous l'avoir dit avant »? Ce n'est jamais simple pour une mère d'origine de révéler son secret à cause de la crainte du jugement qui est encore présente, ancrée et très profondément.

De nos jours, la majorité des enfants diront qu'ils peuvent comprendre et ne sont pas là pour la juger et vont même l'encourager, l'envelopper dans ce processus. Certains enfants sont fâchés de ne pas l'avoir su avant et le comprennent comme un manque de confiance, un genre de trahison et souvent regrettent tout le temps perdu, malheureusement. Le dénominateur commun demeure toujours le respect de la vitesse de croisière de chacun(e).

La personne adoptée n'arrive pas dans une famille pour prendre la place de quiconque. Elle est là pour rencontrer sa mère, celle qui lui a donné la vie, pour avoir des réponses, des détails sur ses origines et avoir la place qu'on va bien vouloir lui donner. Elle ne veut pas prendre la place de l'aîné(e), par exemple, qui joue ce rôle parfois depuis plusieurs décennies. C'est un ajout, un complément à la famille. Son but n'est pas d'aller chercher un héritage comme nous l'entendons encore parfois, même en 2018. La personne adoptée n'a aucun droit légal envers un héritage quelconque à moins que le parent le mentionne en spécifiant: « Je lègue X à mon enfant Y ». Il n'y a aucun recours légal pour quelque héritage que ce soit. Il est bon d'en parler car on croit encore à tort que l'enfant recherche parfois son parent pour un héritage, pour faire de la bisbille au sein de la famille, pour blesser la mère. Il est rare que de telles choses se produisent.

Ce n'est pas parce que la rencontre avec la mère se fait que la fratrie est obligée à l'adopté(e). Premièrement, il faut allouer du temps pour que le parent et son enfant s'apprivoisent. Ils ne se connaissent pas même si l'adopté(e) a passé neuf mois dans le ventre de sa mère, il ne la connaît pas. Il faut prendre du temps aussi pour découvrir frères et soeurs, tantes, oncles, cousin(e)s, grands-parents etc., la famille s'agrandit.

Même si la mère a annoncé la nouvelle à ses enfants, il n'est pas nécessaire voire il est même préférable de ne pas faire de réunion familiale pour la première rencontre. C'est un moment d'intimité. Ce n'est pas suggéré, ni privilégié. Elle doit être davantage axée entre le parent et l'adopté(e). Il sera toujours temps, plus tard, de faire des partys de famille mais en temps et lieux. La retrouvaille comporte déjà beaucoup d'émotions pour la mère et l'enfant, alors, s'il faut rajouter le/la conjoint(e), la fratrie, ça devient complexe, on saute des étapes et la retrouvaille n'est pas vécue à fond.

Au final, chacun(e) vit cette rencontre comme désirée mais, au Mouvement Retrouvailles, on dit d'aller tout doucement, dans le respect, le tact. Il faut prendre le temps de s'apprivoiser, le passé est derrière et on ne peut rien y changer. Chaque personne à rencontrer est différente. Si la mère est décédée, la fratrie n'est obligée en rien et n'est pas là pour remplacer la mère. Il faut développer une relation, être à l'écoute de l'autre. Les enfants peuvent comprendre, après coup, pourquoi leur mère avait certains types de réactions, de comportements, une tristesse inexpliquée à certains moments et des avertissements de faire attention, par exemple, pour ne pas devenir enceinte alors qu'elle l'avait été.

Il y a aussi d'autres situations où ce sont les enfants qui doivent annoncer à leurs parents qu'ils sont au courant de l'enfant confié à l'adoption et qu'il refait surface maintenant. Ce n'est pas évident à vivre! Même s'ils ne sont pas tous d'accord, ils doivent présenter la chose en étant sur la même longueur d'ondes. La transparence et la vérité sont toujours gagnantes. La mère qui sera placée devant pareille situation aura besoin d'être entourée et voudra avoir l'approbation de ses enfants.

Avec les tests d'ADN fort populaires, il y aura de plus en plus de retrouvailles et c'est tant mieux mais il faut une approche délicate. Il serait bien de commencer en envoyant une lettre, c'est moins direct. C'est risqué de tout faire rater si c'est bâclé en allant frapper à la porte, sans diplomatie. Il faut se servir de son jugement et on peut toujours s'informer au Mouvement Retrouvailles et/ou au Centre jeunesse pour la meilleure marche à suivre, pour se faire rassurer, conforter dans une décision si importante.

On peut confier notre démarche à une tierce personne, digne de confiance, mais encore là, ça ne veut pas dire qu'elle saura bien nous guider et nous suggérer les bonnes choses à faire. Il faut être prudent(e) et bien préparé(e) parce que le risque du flop est là.

Colloque du Mouvement Retrouvailles:

On fait un rappel du colloque du Mouvement Retrouvailles qui célèbre ses 35 ans d'existence, le 5 mai, à Longueuil. Il y a 90 personnes inscrites jusqu'à maintenant. Toutes les informations sont sur la page Facebook du Mouvement Retrouvailles: https://www.facebook.com/MouvementRetrouvaillesAdopteesNon…/
ainsi que sur le site officiel du Mouvement Retrouvailles:
www.mouvement-retrouvailles.qc.ca

Merci à Mme Normay St-Pierre et merci à son invitée Mme Caroline Fortin pour ce thème abordé très intéressant. Merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour son choix de chanson magnifique « Mon nom » interprétée par Lynda Lemay.

Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

À la semaine prochaine!

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2018 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.