Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission “Loin des yeux, Près du coeur” - 12 janvier 2018 – Mme Huguette Bonin, mère biologique Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du coeur” du 12 janvier 2018 – Mme Huguette Bonin, mère biologique

En ce début d'année, Normay reçoit Mme Huguette Bonin, mère biologique qui a confié son enfant à l'adoption. Elle avait 15 ans à sa naissance. Elle a mis au monde un garçon, le 4 mai 1958, à l'hôpital Catherine Booth de Montréal, confié pour adoption via la Crèche d'Youville. Il a été baptisé Marcel et porterait aujourd'hui le prénom de Sylvain, selon des informations obtenues. Il aurait été contacté, il y a de cela quelques années, mais il n’y a pas eu de suite.

Nous tenons à vous remercier pour être assidus à nos émissions. Si vous désirez y participer, n'hésitez pas à contacter Mme Normay St-Pierre.

Nous vous souhaitons une très belle année 2018.
Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à commenter et à partager!

RÉSUMÉ

Mme Bonin s'est rendue plusieurs fois à CJMS, sur la rue Langelier, dans les années 2002 à 2005, alors que l'émission Loin des yeux, près du coeur était animée par Mme Claude Valade et Mme Normay St-Pierre.

Elle est une mère d'origine qui est toujours à la recherche de son fils. Il est né le 4 mai 1958, à l'Hôpital Catherine Booth de Montréal (de l'Armée du Salut-Salvation Army). Enceinte à 14 ans, elle a accouché à 15 ans, en panique, ne sachant que faire. Le père biologique est parti. Elle n'avait pas de père à la maison et elle n'a pas reçu d'aide de la part de sa mère. Elle a heureusement reçu du soutien de son frère aîné qui l'a aidée à trouver l'hôpital et lui a offert d'habiter quelque temps chez lui. Ensuite, un mois avant son accouchement, elle s'est rendue à l'Hôpital Catherine Booth où elle a été bien accueillie et bien traitée. Les mères d'origine effectuaient des travaux légers pour les occuper mais en même temps pour les aider à défrayer les coûts de l'accouchement. Elle y est demeurée une semaine et ensuite elle s'est rendue chez son frère à Verdun, où elle demeurait elle-même. Il l'a accueillie pour quelques semaines mais ils venaient eux-même d'avoir un bébé donc, ils ne pouvaient pas vraiment la garder plus longtemps.

Les mères qui devaient confier leur enfant à l'adoption étaient bouleversées, beaucoup ébranlées. Mme Bonin l'était , elle aussi, et on ressent même dans le ton de sa voix, presque 60 ans plus tard, de vives émotions qui remontent à la surface...

Mme Bonin n'a vu son fils que quelques brefs instants seulement. Elle l'a pris dans ses bras, alors qu'il était tout habillé, prêt à partir. Comme c'est cruel! Quelle tristesse elle en ressentait!

Il y avait deux dames par chambre. Sa voisine de lit, mariée, lui a laissé bercer son bébé dans un élan de générosité, dans un geste d'amour, de délicatesse et Mme Bonin s'en rappellera toute sa vie.

La mère de Mme Bonin avait déjà signé le consentement pour que le bébé de sa fille soit adopté. À son retour chez elle à la maison, elle ne devait plus jamais reparler de ce bébé, comme si rien n'était arrivé.

Son fils a été confié à l'adoption via la Crèche d'Youville. Il a été baptisé sous le prénom de Marcel mais il porterait aujourd'hui le prénom de Sylvain. Il aurait été contacté il y a quelques années mais il n'a pas donné suite.

Avec le Centre jeunesse de l'époque, son intervenante était une psychologue. Elle était froide, brusque, sans empathie. Mme Bonin l'a rencontrée à quelques reprises. Elle lui a dit sèchement d'écrire une lettre à son fils, d'y joindre des photos, qu'il viendrait au Centre jeunesse les chercher et qu'elle lui remettrait le tout.

Le suivi aurait dû être fait de sorte que Mme Bonin n'ait pas à « courir aux nouvelles » mais, trois semaines s'étant écoulées, elle décide alors d'aller rencontrer la psychologue en question pour lui demander si son fils s'était rendu au Centre jeunesse. Elle lui a répondu que oui et ensuite elle a dû lui demander s'il avait laissé quelque chose pour elle, la psy ne le mentionnant pas, et elle de lui répondre non, sans aucun autre commentaire.

Sur les entrefaites, Mme Bonin a été greffée du rein et a fait une thrombose pendant l'opération. Elle a donc rappelé au Cente jeunesse en demandant s'il était possible de recevoir un petit message de son fils. Subissant cette intervention, elle avait la peur au ventre de peut-être quitter ce monde... La réponse de la psychologue fut: « Vous n'êtes pas mourante alors, quand vous le serez, vous demanderez un papier de votre médecin et vous nous l'enverrez. » C'est tout, il y a de ça 13 ans, et sans faire preuve d'aucune compassion envers elle. Quelle blessure profonde qu'une telle réponse!

En souhaitant que son fils se manifeste, éventuellement, lui qui est maintenant âgé de 60 ans et elle de 75 ans. Il y a 8 ans, son fils ne voulait pas la rencontrer mais comment la psy lui a-t-elle présenté le dossier? Si c'est brusquement, cavalièrement et rapidement comme pour avec elle, ce n'était pas de bonne augure et en bout de ligne, il a peut-être été influencé négativement par le profil qu'elle lui a brossé de sa mère. On ne le saura jamais mais en tout cas, chose certaine, sa façon de procéder ne facilitait sûrement pas un contact possible.

Merci à Mme Normay St-Pierre, merci à Mme Huguette Bonin et bravo à elle qui, âgée de 75 ans, n'abandonne toujours pas ses recherches. Elle poursuit son rêve avec courage et détermination, l'espoir toujours au rendez-vous! Si toutefois son fils Sylvain ne désirait pas la rencontrer, pour des raisons qui lui appartiennent, il serait opportun et important qu'il puisse écrire au moins une lettre à sa mère, via le Mouvement Retrouvailles, afin de combler le grand vide qu'elle ressent depuis 60 ans. En souhaitant qu'il puisse entendre son appel ou que quelqu'un lui partage le message car c'est un cri du coeur, une bouteille qu'on lance à la mer.

Merci aussi à M. Jean-Paul L'Heureux pour son choix de chanson qui est émouvante et si magnifique. Il s'agit de « Berceau d'un ange » interprétée par Marie-Denise Pelletier.

Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission.

Il est possible de vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

À la semaine prochaine!

Marthe Charest

Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2018 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.