Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission "Loin des yeux, Près du coeur" - 8 septembre 2017 - Josélito MIchaud Imprimer cette page

Partager

Émission “Loin des yeux, Près du coeur” du 8 septembre 2017 – Josélito Michaud

En cette première émission de notre nouvelle saison, Normay reçoit Josélito Michaud, auteur de "Dans mes yeux à moi", livre qui a servi à l'élaboration de la série "Olivier" qui débute ce 11 septembre 2017, à 21h00, sur Ici Radio-Canada. Josélito nous parle de la série, mais nous témoigne aussi de son vécu. Une excellente entrevue remplie de générosité et de véracité.

En deuxième partie, Normay échange avec Caroline Fortin sur différents sujets, en ce début de saison.

Pour écouter votre émission :

N’hésitez pas à partager et à nous fournir vos commentaires.

*********

Résumé de votre émission Loin des yeux, près du coeur du 08 septembre 2017
Invités: M. Josélito Michaud et Mme Caroline Fortin

Pour écouter l'émission, cliquez sur le lien ci-dessous:
https://soundcloud.com/…/loin-des-yeux-pres-du-coeur-emissi…

Premier segment de l'émission: Des pans de la vie de M. Josélito Michaud
Le mot résilience est celui qui nous vient à l'esprit après la lecture du livre de M. Josélito Michaud, « Dans mes yeux à moi ».

Comment un enfant de 5-6 ans et plus peut-il être si résilient, en même temps ne jamais baisser les bras et surtout continuer de croire à ses rêves, demande Normay. « Dit comme ça, de répondre Josélito, ça me touche énormément.»

De nos jours, la résilience est définie comme telle et je suis effectivement quelqu'un de résilient parce que je l'entends de cette façon mais, quand on est jeune et confronté à des réalités d'adultes, on ne le réalise pas. À l'époque où il traversait des moments pénibles, il ne savait pas qu'il était résilient. Il s'accrochait et se projetait dans son imaginaire car ses rêves étaient plus grands que tout, et fort heureusement, en fait.

Encore aujourd'hui, quand il ressent du stress comme pour la sortie de la série télévisée « Olivier », par exemple, il s'empresse d'aller plonger dans son imaginaire qui est réconfortant comme une grosse doudou.

Quand il était en bas âge, il était très lucide des êtres humains dans son entourage. Il savait où était le danger, la sécurité, le bien, le mal et ce, très très jeune. Il avait une bonne vision d'ensemble du tableau humain.

Dans les premières pages de son livre, il a tenu à remercier toutes les « mères » qui l'ont aimé dans son parcours de vie et aussi sa mère qui l'a « abandonné », mais on ne peut pas la juger. Sa rencontre avec sa mère d'origine ne s'est pas bien déroulée, Josélito n'étant pas bien préparé, entre autres, mais, tout l'amour de ses « mères » l'a sans doute comblé et a atténué, en grande partie, son sentiment d'« abandon ».

Le besoin d'identité est fondamental. Josélito nous raconte une anecdote. Sa conjointe et lui ont adopté leur fils au Viet Nam. Il n'a jamais demandé aucune coordonnée sur son père, sur sa mère, sur le Viet Nam. Ils ont tenté, eux, de le faire pour lui mais il ne voulait rien savoir jusqu'au jour où il a vu le début de la série « Olivier ». Là, il est devenu extrêmement préoccupé par son identité et il avait besoin de comprendre.

Dans le premier épisode d'« Olivier », il a vu une mère qui accouchait et qui devait se séparer de son bébé. Il a réalisé à quel point c'était déchirant et ça l'a interpellé. Leur fils aura 17 ans, en janvier prochain. Pour eux, il est impossible de retrouver les traces de la mère et du père de leurs enfants, semble-t-il.
Les réactions de leur fils et de leur fille, elle aussi adoptée, avec la série « Olivier » ont fait en sorte qu'elle a agi comme un élément déclencheur pour eux et tant mieux!

Sa conjointe Véronique et lui ont tenté de leur ouvrir la voie afin de les aider à comprendre leurs différences en tant que personnes adoptées et ensuite en tant qu'Asiatiques.

Josélito parle du Mouvement Retrouvailles où on a l'honnêteté, la franchise de dire que toutes les retrouvailles ne sont pas des contes de fées. On donne l'heure juste car c'est aussi une réalité. Il a communiqué avec le Mouvement Retrouvailles, par le passé, pour des éléments de pistes, des informations. Il y a un moment où chacun a un travail à faire et dans son cas, il n'avait pas vraiment souhaité rencontrer sa mère. Il voulait plutôt connaître son père. Il a eu en fait toutes les « mères » du monde; c'était un père qui lui manquait, dont il avait besoin.

À ses 18 ans, lors des retrouvailles, après les présentations et mis à part le fait de voir sa mère d'origine, la seule préoccupation qu'il avait était en rapport avec son père. La première question qu'il lui a posée était: « Où est mon père et d'où me vient mon teint basané? » Après quelques rencontres, sa mère lui a apporté des photos de son père à qui il ressemble énormément. Ça lui a fait très plaisir et beaucoup de bien.

Quand à 45 ans son épouse a perdu leur bébé, en cours de grossesse, tous deux en furent grandement peinés et Véronique a eu l'idée de se tourner vers l'adoption alors que Josélito, lui-même adopté, n'y avait pas pensé.
Il a dit oui immédiatement à l'adoption. Le processus est plutôt long et quand ils ont reçu la première photo de leur enfant, ils étaient très heureux et excités. Cependant, quand le moment de la signature du parent adoptant (un seul) est arrivé, il a porté le poids du stylo avec la lourdeur des responsabilités qui l'accompagnaient. Il devenait un tuteur et ne pouvait donc jamais abandonner ces enfants-là. C'était son devoir, son engagement sérieux. Il voulait leur offrir une belle relation stable que lui n'avait jamais eue dans son enfance.
Quand il était tout jeune, il avait l'obsession de ses 18 ans, de sa majorité, laquelle lui donnerait sa liberté, son autonomie, un contrôle pour pouvoir se sortir de l'emprise de son entourage. Aujourd'hui, adulte, il est encore obsédé par les 18 ans mais cette fois-ci ceux de ses enfants afin qu'ils ne manquent de rien au moins d'ici à leur majorité. Les personnes adoptées, qui adoptent elles-mêmes, placent la barre haute mais Josélito a tout de suite ressenti, pour sa part, qu'il avait une grande connexion avec ses enfants.

Deuxième segment de l'émission: Le sujet est la série télévisée « Olivier »

La série « Olivier » a débuté le 11 septembre dernier à Ici Radio-Canada, à 21h00. C'est une adaptation du best-seller de M. Josélito Michaud « Dans mes yeux à moi ». C'est une histoire inspirée d'une partie de l'enfance de l'auteur et des enfants qu'il a côtoyés en famille d'accueil avec en toile de fond, une page sombre de notre histoire du Québec, celle à l'époque des crèches, des adoptions, des familles d'accueil et de l'argent à faire, des secrets de famille et de l'emprise de la religion et du clergé.

Il y a eu une centaine d'auditions pour le jeune comédien qui incarnerait le rôle d'Olivier. Anthony Bouchard a été retenu. Tout le monde l'a « choisi ». On l'a « notre » Olivier, ont-ils dit en choeur! Il a 7ans, a un TDAH prononcé, avec une belle sensibilité et une compréhension et une intelligence du texte à jouer. Il a une vieille âme, une grande lucidité. Lors de la séance de photos, il y a eu une belle connivence, une connexion, quelque chose qui les a scellés Anthony et lui.
Au cours du tournage, les gens ont veillé au bien-être d'Anthony et à ce qu'il demeure « intact », à savoir un enfant en le laissant jouer au ballon, au Frisbee et aller à vélo etc. Sa candeur devait être respectée d'autant plus que certaines scènes étaient « difficiles » à voir.

Avec la série, il y a une nouvelle édition de son livre avec Libre Expression.

Troisième segment de l'émission: Informations de Mme Caroline Fortin, présidente du Mouvement Retrouvailles

Depuis la fin de juin et au cours du mois de juillet, avec l'adoption de la loi 113, le 16 juin dernier, le Mouvement Retrouvailles a reçu plus de courriels et d'appels téléphoniques que d'habitude, à la période estivale. Il en a été de même dans les Centres jeunesse. L'achalandage est donc plus grand.
Mme Fortin suggère de faire une demande avec les Centres jeunesse. Les gens qui le feront pourront savoir si les personnes recherchées sont vivantes ou décédées, dans un premier temps.

Les dossiers seront centralisés en Montérégie et tout devrait être en vigueur à partir du 16 juin 2018 soit 12 mois après la loi 113, tel que prévu et le Mouvement Retrouvailles, plus sur le « terrain » que les Centres jeunesse, fera part de certaines précisions et recommandations.

Les cafés rencontres sont de retour pour l'automne. Pour en connaître les dates, dans vos régions, rendez-vous sur le site du Mouvement Retrouvailles à l'adresse suivante:
http://www.mouvement-retrouvailles.qc.ca/fr/cafe.asp

En novembre prochain, en après-midi, aura lieu la visite de la Maison généralice des Soeurs du Bon-Pasteur de Québec, une exposition sur la Crèche St-Vincent-de-Paul et sur l'oeuvre des Soeurs du Bon-Pasteur.
http://www.mouvement-retrouvailles.qc.ca/fr/nouv_detail.asp…

Il y a une pétition dans Internet déposée par M. Simon Jolin-Barette que vous pouvez signer en rapport avec l'accès aux antécédents médicaux familiaux facilité, une ouverture plus large est souhaitée.

Vous pouvez faire parvenir vos commentaires sur la série télévisée « Olivier » au Mouvement Retrouvailles et sur la page Facebook de Loin des yeux, près du coeur.

Le colloque annuel du Mouvement Retrouvailles (MR) se tiendra le 5 mai 2018 sur la Rive-Sud de Montréal. L'endroit est à déterminer. Il fera bon de souligner, célébrer les 35 ans du MR ainsi que l'adoption de la loi 113.

Les frais d'inscription dans la base de données provinciales du Mouvement Retrouvailles (MR) sont de 35,00 $ (Can.) et passeront à 40,00$ en janvier 2018 incluant l'adhésion à titre de membres. Également, les frais de renouvellement, sur une base annuelle, passeront de 12,00$ à 15,00$ (même tarification depuis 25 ans).

Le MR est un OSBL (Organisme Sans But Lucratif) et les subventions sont faibles. À ce jour, il n'y a même pas eu de confirmation de subventions.
Les émissions « Des mains tendues » ne seront pas au programme, cet automne, peut-être l'an prochain car il est question ici de sous encore.
La salle de clavardage du site Adoption, Émotions, Retrouvailles est ouverte depuis le 7 septembre dernier. Vous devez vous inscrire, à chaque fois, SEULEMENT AVANT D'ENTRER DANS LA SALLE. Un message sur le site est prévu à cet effet et vous n'avez qu'à cliquer pour vous y rendre. Horaire: tous les jeudis de 21h00 à 23h00.

N'oubliez pas de regarder et/ou d'enregistrer la série télévisée « Olivier » à Ici Radio-Canada, les lundis, à 21h00.

Merci à Normay, merci à M. Josélito Michaud, pour sa grande générosité, son honnêteté et pour son bel humanisme. Merci à Jean-Paul pour le choix de sa pièce musicale « Manquer d'amour » interprétée par Marie-Denise Pelletier.

Finalement, merci à Mme Caroline Fortin pour ses informations pour la saison 2017-2018 et merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l’émission.

Si vous le désirez, vous pouvez vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre, écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits le mercredi soir, à 19h00.

À la semaine prochaine!
Marthe Charest
Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003


<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2017 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.