Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission "Loin des yeux, Près du coeur" - 15 septembre 2016 Imprimer cette page

Partager

LOIN DES YEUX, PRÈS DU COEUR - Votre émission du 15 septembre 2016

Normay St-Pierre reçoit Mme Georgette Lapointe, adoptée, qui a retrouvé après avoir essuyé un refus. Elle nous livre son beau témoignage.

Pour écouter votre émission :

RÉSUMÉ DE L'ÉMISSION


Mme Lapointe est une personne adoptée. Elle a fait des recherches pendant 45 ans, environ, sa première démarche étant à l'âge de 15 ans.

Elle a toujours su, instinctivement, avait le sentiment d'avoir été adoptée même si sa mère adoptive ne le lui avait pas dit et ne voulait pas le lui annoncer. La crainte de la perdre était toujours présente chez sa mère et pourtant, elle ne l'a jamais perdue.

En 1965, Mme Lapointe a effectué sa première recherche par le biais du journal Allô Police où il y avait une rubrique d'avis de recherche. Il y avait aussi les adresses des CSS (Centre des Services Sociaux) aujourd'hui appelés les Centres jeunesse.

Après le décès de sa mère adoptive, en 1981, elle a décidé de faire sa demande pour ses antécédents sociobiologiques au Centre jeunesse. Elle les a reçus ainsi qu'une lettre dans laquelle on mentionnait: « Ni votre mère ni votre père ne vous ont recherchée et si toutefois ils se manifestaient, vous en seriez avisée ». Entre temps, Georgette a donc fondé sa famille, ne connaissait pas d'autres adopté(e)s dans son coin de pays, se sentait plutôt seule et a donc attendu pour continuer ses recherches.

En 2001, elle a fait une relance de son dossier au Centre jeunesse pour ses antécédents sociobiologiques. Elle a reçu les mêmes informations que la première fois mais, en même temps, ça lui permettait de mettre ses coordonnées à jour car, si ce n'est pas fait, le Centre jeunesse doit mettre en veilleuse certains dossiers ne pouvant rejoindre certaines personnes qui sont concernées mais qui auraient omis d'envoyer leurs changements d'adresse et/ou de numéros de téléphone.

Il en va de même au Mouvement Retrouvailles où nous sommes inscrit(e)s à une banque de données mais pour laquelle les membres doivent mettre à jour quelque changement que ce soit dans leurs informations afin qu'on puisse les rejoindre s'il y a une concordance car si on ne peut pas entrer en contact avec ces gens, les dossiers demeurent en suspens et les concordances ne peuvent pas se faire, malheureusement.

Toujours en 2001, au Centre jeunesse, on a dit à Mme Lapointe que sa mère avait été localisée et retracée. Sa mère a alors parlé à la travailleuse sociale, lui a donné beaucoup d'informations mais ce fut un refus de contact. Entre temps, ses parents d'origine se sont mariés et sont retournés à la crèche pour aller chercher Georgette mais on leur a dit qu'elle était décédée. Pour sa mère, de savoir beaucoup plus tard, dans la vie, qu'elle avait mis au monde un enfant, il y a 51 ans, qui devait être décédée et qui ne l'était pas, fut tout un choc! Elle se demandait si ces renseignements étaient vrais; elle doutait car pareille nouvelle était pour le moins très surprenante! Elle a quand même donné des informations sur ses soeurs et sur ses frères, les maladies de la famille et a donné une date importante à savoir celle du décès de son mari, le père biologique de Georgette.

En bonne maman qu'elle était, la mère de Georgette avait éduqué ses enfants en leur recommandant de ne pas avoir de relations sexuelles avant le mariage alors là, elle avait peur d'être jugée pour les actes qu'elle avait posés, dans le passé, car son discours n'était pas cohérent par rapport à celui qu'elle avait enseigné à ses enfants.

En 2011, un ange, une intermédiaire a retracé où demeurait sa mère et son conjoint. Avec le Centre jeunesse, Georgette n'avait plus le droit de recontacter sa mère après avoir essuyé un refus. Si sa mère changeait d'avis pour un contact, alors là on pouvait réactiver son dossier.

Mme Lapointe lui a envoyé une lettre en lui demandant une réponse. Après un peu plus d'un mois, l'anniversaire de sa mère approchait et elle lui a donc envoyé une carte d'anniversaire. Son beau-père s'interrogeait sur la provenance de cette lettre. Il ne reconnaissait pas le lieu, l'écriture et, en pleurant, sa femme lui a avoué que ça provenait de sa fille Georgette. Il a été d'un grand secours car il l'a encouragée à le dire à ses enfants. C'était et c'est une famille bien unie et lors d'un dîner de fête organisé pour la mère de Georgette, elle s'est finalement libérée du poids de ce secret-là.

Les enfants ont eu de bonnes réactions et ensuite, ils sont allés visiter les sites Internet AÉR et MR. Ils avaient des questions, de part et d'autre, et c'est bien normal, quelle mère et quelle fille retrouveraient-ils?

Le lendemain soir, une des soeurs de Georgette lui écrit, via Internet: « Bienvenue dans notre famille! » C'est un message qui sera gravé dans la mémoire de Georgette, à tout jamais.

Ses soeurs et ses frères l'ont toutes et tous accueillie chaleureusement. Il y avait un de ses frères à l'extérieur du Québec, qui n'était pas au courant des retrouvailles, donc, de septembre à Noël, ils ont gardé le secret. Celui-ci a été bien heureux d'apprendre cette nouvelle et le 25 décembre, son frère lui a téléphoné en disant: « J'ai reçu un drôle de cadeau de Noël, une soeur! »

Pour le recherchant(e), même si les retrouvailles se font dans l'anonymat, c'est quand même un oui, un plus, une rencontre. La personne qui recherche a hâte de rencontrer l'être cher pour créer des liens pas pour faire des problèmes ou des reproches à l'autre, bien au contraire!

Ses soeurs ont remarqué que l'éternelle tristesse qui se lisait dans les yeux de leur mère s'est dissipée depuis qu'elle a pu se libérer de son lourd secret et depuis qu'elle a retrouvé sa fille.

Merci à Normay et merci à Mme Lapointe pour son témoignage chaleureux, émouvant et vrai, tout en insufflant de l'espoir à celles et à ceux qui auraient essuyé un refus, tout comme elle. Merci pour le soutien de Jean-Paul, collaborateur technique de Normay. Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l'émission.

À la semaine prochaine!

Marthe Charest

Mère d'origine qui a retrouvé sa fille le 8 août 2003

<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2017 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.