Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission Loin des yeux, Près du coeur - 21 avril 2016 Imprimer cette page

Partager

Votre émission “Loin des yeux, Près du Coeur” du 21 avril 2016

Mme Normay St-Pierre reçoit Mme Huguette Audet, adoptée, née à domicile le 17 août 1953 et transférée à la Crèche St-Vincent-de-Paul de Québec vers le 20-21 août 1953.

Pour écouter votre émission :



***********************************

Votre résumé de l'émission "Loin des yeux, près du coeur" du 21 avril 2016

Invitée: Mme Huguette Audet

D'entrée de jeu, Normay fait un rappel en rapport avec le colloque du Mouvement Retrouvailles qui se tiendra le 14 mai prochain à l'Hôtel L'Oiselière, à Lévis. La conférencière invitée sera Mme Lucie Bourdeau, psychologue, adoptée et auteure du livre « Les retrouvailles en adoption une quête de soi ». Pour toute information supplémentaire sur le sujet, vous n'avez qu'à cliquer sur le lien suivant: https://www.facebook.com/events/177277069302661/ De belles surprises sont prévues au cours de la journée et de la soirée!

Mme Huguette Audet est née à domicile le 17 août 1953. Elle fut transférée à la Crèche St-Vincent-de-Paul le 20 ou 21 août 1953. Le médecin accoucheur était Dr Richard, qui pourrait être dans une des deux grandes régions 03 ou 04.
Elle recherche sa mère d'origine mais n'a pas beaucoup de renseignements. Elle avait fait des recherches avec son Centre jeunesse, en vain, et par après, sa travailleuse sociale l'aurait appelée pour lui demander si elle était encore intéressée à retrouver sa mère. Mme Audet lui aurait répondu par l'affirmative.
À l'appel du Centre jeunesse, la dame aurait répondu qu'elle n'avait pas eu d'enfant. Il se peut que ce soit effectivement une erreur, que cette dame soit dans le déni ou alors qu'elle n'était pas libre de répondre à cet appel à ce moment particulier de sa vie et peut-être avec les personnes qui l'entouraient qui n'auraient pas été mises au courant de cette naissance.
Le nom fictif de Mme Audet est Huguette Damien. Damien est-il un prénom ou un nom de famille significatif ou de quelqu'un à la crèche? Elle n'en sait trop rien, en fait.

Cependant, Mme Audet a une intuition mais ça ne demeure qu'au stade de l'intuition. Elle pense que sa mère biologique pourrait être une de ses tantes du côté de son père adoptif, qui aurait quitté son village, en 1953, pour se rendre chez sa demie-soeur à Sherbrooke et ne serait jamais revenue de cette région.

Mme Audet a trouvé une liste des médecins qui exerçaient à Sherbrooke, en 1953, et étrangement, le nom du Dr Richard y apparaissait.
Ses parents adoptifs lui auraient affirmé qu'ils ne savaient pas qui était sa mère de naissance. Si sa mère biologique était la tante en question, c'était une dame sévère, autoritaire, « une vieille fille » avec laquelle elle n'était pas vraiment proche ni attirée. Était-ce un simple hasard du parcours de vie de cette tante? Peut-être que oui, peut-être que non, elle n'en sait rien ayant peu de détails compte tenu de sa naissance à domicile.

Vers l'âge de 4-5 ans, ses parents adoptifs lui ont expliqué son statut d'adoptée. Ils voulaient la prévenir avant l'âge scolaire car à l'école, très souvent, les autres enfants se chargent d'annoncer leur adoption et d'une façon indélicate, cruelle même. Ses parents avaient un garçon, une fille et un autre garçon avant sa venue dans la famille, qui soit dit en passant, était unie, du « bien bon monde », comme on dit.

Ses parents sont au courant de ses démarches. Ils ne l'encouragent pas, comme tel, et ne la découragent pas de les faire . Par contre, ils ne voudraient pas qu'elle soit blessée, qu'elle se fasse mal dans cette « aventure » . Eux comme leurs autres enfants ne comprennent pas ce besoin fondamental de retrouver car ils ont leur identité propre. Mme Audet aimerait, à tout le moins, retracer ses origines et c'est bien légitime de le faire. Qui suis-je? Quel est mon nom? Dans quelle région suis-je née? En ne sachant que la région 03-04, ça complique ses recherches.

Une demande au Centre jeunesse avait été faite dans les années '80. En '83, sa travailleuse sociale avait rejoint une personne qui travaillait dans un restaurant mais l'âge ne concordait pas avec celui de sa mère.
En '95-96, Mme Audet a fait une relance mais le Centre jeunesse ne peut pas toujours tenter de recontacter car on peut trouver que c'est alors du harcèlement. Normay lui suggère donc de faire une nouvelle relance, après 20 ans, ce n'est quand même pas exagéré. Elle lui recommande d'écrire et de signer une lettre mentionnant que si quelque membre que ce soit de sa famille biologique se manifestait pour la retrouver, elle serait intéressée de le/les rencontrer. Elle l'avait fait oralement mais il faut le faire par écrit, car il en reste des traces; ne dit-on pas: «Les paroles s'envolent mais les écrits restent ».

L'idée de recherche lui trotte toujours dans la tête car ne pas connaître ses origines et déstabilisant, désorganisant, souffrant.
Plusieurs personnes prennent des risques, sur Facebook, en lançant leurs avis de recherche. Oui, il faut tenter d'utiliser le plus possible les tribunes mises à notre disposition mais cependant, dans les avis de recherche, il est préférable d'omettre d'indiquer des noms de famille. Il vaut mieux écrire une date de naissance, une ville, une région, un détail spécifique que l'on sait et ce, dans le respect des gens que l'on recherche. Si ces personnes sont des mères biologiques qui n'ont jamais avoué avoir mis au monde un enfant illégitime, à leur conjoint, à leurs enfants, lire ces détails sur Facebook serait très perturbant et pourrait même changer l'issue de plusieurs vies. Il faut y aller avec tact et respect car apprendre une nouvelle de cette importance, de cette manière, ne serait pas la meilleure façon d'entreprendre une relation.

Merci à Normay et merci à Mme Huguette Audet pour son témoignage. Nous lui souhaitons qu'elle puisse retrouver sa mère et/ou des membres de sa famille biologique. Merci pour le soutien technique de Jean-Paul, et merci aussi pour la pièce musicale qu'il a choisie. Merci au Mouvement Retrouvailles pour la commandite de l'émission.

Vous pouvez aussi vous procurer le livre de Normay St-Pierre en collaboration avec Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB.
À la semaine prochaine!

Marthe Charest
Mère d'origine qui a retrouvé sa fille le 8 août 2003

<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2017 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.