Abonnez-vous à notre web radio sur soundcloud

  Abonnez-vous à notre chaîne YouTube


Émission “Loin des yeux, Près du cœur” - 15 janvier 2021 - Danielle Laquerre, adoptée Imprimer cette page

Partager

https://www.facebook.com/MouvementRetrouvaillesAdopteesNonAdopteesParents/posts/3594932263956632


Mme Laquerre a débuté ses recherches il y a plus de 40 ans avec des périodes d'arrêt soit une en 1977, en 1984 et ensuite en 1986.

C'est en fait en mars 1986 qu'il y a eu le plus grand développement dans son dossier. Le Centre des Services sociaux (CSS) a contacté sa mère d'origine. Il y avait le projet pilote, à Québec, à l'époque, et Danielle en faisait partie.

La travailleuse sociale a communiqué avec sa mère en lui disant qu'elle avait localisé sa fille. Sa mère aurait répondu que c'était impossible parce que son bébé qu'elle avait mis au monde était décédé. On le lui avait montré, mort, et placé dans une petite boîte de chaussures, comme c'est traumatisant!

Danielle était dans tous ses états quand la travailleuse sociale lui a appris ces informations. Elle lui a demandé de rappeler sa mère parce qu'elle était bien vivante, évidemment, puisqu'elle lui parlait. Celle-ci a répondu qu'elle n'avait pas le droit de la rappeler parce que selon les procédures, il ne pouvait y avoir qu'un seul appel et la réponse de sa mère était considérée comme un refus masqué. Danielle en était sincèrement bouleversée. C'était tout à fait impensable, incroyable!

Elle était enceinte de son cinquième enfant. Elle a donc décidé de mettre le focus sur sa grossesse, de mettre au monde son bébé, s'en occuper tout comme de sa petite famille afin d'être heureuse. Elle continuait de penser à ses recherches, à tous les jours, mais les avait mises sur pause. Elle a rappelé souvent au CSS mais elle était toujours confrontée à la même réponse négative, coulée dans le béton, c'était tellement fermé! Elle ressentait cette réponse comme un deuxième rejet et prenait mal le fait que son intervenante lui dise que c'était un refus masqué alors que ce n'était pas ça, dans les faits; c'était pourtant bien évident!

Ses recherches ont été interrompues de 1986 jusqu'à 2009. Après l'adoption de la loi 113, en juin 2018, elle a recommencé ses démarches en faisant une nouvelle demande. À cause de la COVID-19, en mars 2020, les résultats de son test d'ADN sont arrivés en même temps que sa demande.

Les dossiers des Centres jeunesse (CIUSSS) ont été rapatriés à l'Équipe centralisée Info adoption, à Longueuil, où les demandes prioritaires par catégories d'âge soit 70 ans et plus et pour les personnes souffrant de maladies sévères, entre autres, mais, dans les faits, ces priorités n'ont pas été respectées.

Danielle faisait part à son intervenante de Longueuil qu'elle faisait partie de la catégorie d'âge à prioriser compte tenu de l'âge que sa mère pourrait avoir et elle de lui répondre: « Vous avez toutes le même âge! » L'Équipe a plié bagage en décembre 2020 et les dossiers sont retournés à Québec, dans son cas, pour un des quatre pôles de CIUSSS.

Parenthèse informative en rapport avec les 4 pôles des CIUSSS
En novembre dernier, le Mouvement Retrouvailles a reçu une note de la part du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) concernant l'Équipe centralisée Info-Adoption de la Montérégie Est (Longueuil) qui devait cesser de recevoir des nouvelles demandes au 1er décembre 2020. Cependant, les demandes antérieures au 1er décembre 2020 seront traitées par l'Équipe.

Depuis le 1er décembre 2020, les personnes adoptées, leurs parents d’origine ou la fratrie des personnes adoptées doivent donc transmettre maintenant toute nouvelle demande de services en matière d’antécédents et retrouvailles au CISSS ou CIUSSS (autrefois Centre jeunesse) de la région où a été complétée leur adoption.

Toute demande d’information générale devra également être adressée à cet endroit. Il y a 4 pôles permanents: Montréal, Batshaw (Montréal pour les anglophones), la Montérégie et Québec, qui pourraient traiter des demandes pour certains CISSS régionaux (manquant de ressources).
Les demandes reçues avant le 1er décembre 2020 qui doivent passer par l'un des 4 pôles permanents nommés plus haut, seront transférées directement à l’un de ces pôles alors que les autres seront traitées par la Centrale. Celle-ci demeurera en place pour finaliser les traitements des demandes déjà en cours.
Danielle a appelé souvent son intervenante à Québec. Le 20 juin 2019, elle a finalement reçu des résultats intéressants pour lesquels Line Lachance, qui est sur la page Facebook Carrefour ADN, lui a apporté de l'aide pour interpréter les résultats de son test. Elle a donc retrouvé sa mère (décédée) le 26 juin 2020, un an après. Il y a eu des embûches dans son parcours, des archives « floues », des bâtons dans les roues et des facteurs qui empêchaient que sa démarche se déroule rapidement.

Le 26 juin 2020, dans la nuit, elle a reçu un message de Line Lachance lui disant qu'elle croyait avoir retrouvé ses deux parents d'origine. Il était tard, alors, au matin, Danielle l'a appelée et tout s'est enchaîné rapidement. Line Lachance avait parlé à sa soeur, dans la nuit, et celle-ci lui aurait répondu tout de suite parce qu'elle était en ligne. Elle lui a donc parlé et montré une photo de Danielle et sa soeur a dit qu'elle était certaine qu'elle était sa soeur à cause des grandes ressemblances.

Quand Line Lachance lui a résumé les faits, le matin, Danielle était sous le choc car ses recherches remontaient à 43 ans et là, tout à coup, c'était du concret, du réel, ça débloquait, donc, ça déstabilise! Danielle venait de gagner à la loterie de la vie. Ses parents étaient décédés mais, à travers ses soeurs et son frère, elle apprend à les connaître, à les découvrir.
À cause de la pandémie, ils n'ont pu se voir qu'une seule fois. Sa soeur Francine ne savait pas que ses parents avaient eu un autre enfant; elles étaient toutes les deux sous le choc, en fait. Danielle a parlé aussi à une autre soeur et ensemble elles ont utilisé les réseaux sociaux car la fratrie ne pouvait pas se voir, physiquement, car c'était la première vague de la COVID. Francine a fait un test d'ADN qui a confirmé qu'elles étaient bien de la même fratrie.

Il avait été convenu d'une date de rencontre soit le 12 août 2020 alors que la vague de la COVID se dissipait un peu et en se disant que le test de Francine serait là pour confirmer le tout. En fait, l'information est arrivée après leur réunion soit le 10 septembre 2020. Francine avait 2773 cM et, à 3000 cM, ce sont des jumelles!

Danielle avait exprimé le désir de pouvoir se recueillir sur la tombe de leurs parents. Ils se sont donc donné rendez-vous à cet endroit, pour se rencontrer, tous ensemble. Par la suite, ils se sont rendus chez une soeur, tout en respectant les consignes sanitaires relatives à la COVID.
Arrivée au cimetière, Danielle ne les voyait même pas. Son mari lui disait qu'ils étaient là mais elle ne les a vus qu'après seulement un petit moment, étant trop émotive. Quand elle est descendue de la voiture, elle se sentait très fébrile.

Ça cliqué tout de suite entre eux, de part et d'autre; ils se sont reconnus. Il y a beaucoup de ressemblances physiques; ils ne peuvent pas se renier!
Ses parents adoptifs étaient en or, merveilleux et elle était dans une bonne famille. Ses cousin(e)s, tantes et oncles la considéraient vraiment comme faisant partie de la famille et non comme étant adoptée, ils n'y pensaient même pas si Danielle n'en parlait pas. La seule chose qu'elle a manqué était d'être fille unique et de ne pas avoir de soeurs ni de frères. Pourtant, ils vivaient à trois quarts d'heures, les uns des autres.

La vie lui a offert un magnifique cadeau; soeurs et frère de la même mère et du même père.

Message pour les personnes adoptées: Il faut garder l'espoir et le nourrir. On peut prendre un arrêt, un recul mais pour mieux revenir, « rebondir » par la suite.

Message pour les parents adoptifs: Il faut les rassurer car ils ont souvent peur de « perdre » leur enfant au profit des parents d'origine. Il n'est pas question de les abandonner, de les remplacer. Les enfants devenus adultes ont un besoin fondamental, pour la très grande majorité, de trouver leurs origines, l'histoire du début de leurs vies et c'est bien légitime de vouloir le faire! Ça n'enlève en rien l'amour ressenti pour les parents adoptifs.

Merci à Mme St-Pierre et merci à Mme Laquerre pour son témoignage rempli d'espoir

Partagez la page de l'émission en grand nombre et n'oubliez pas, s'il vous plaît, « Aidez-nous à vous aider. »

Merci à M. Jean-Paul L'Heureux pour la sonorisation et pour le partage de la pièce musicale « Des gens sympathiques » interprétée par Karo

Merci aussi au Mouvement Retrouvailles, commanditaire de l’émission.
Il n'est plus possible de vous procurer le livre de Mme Normay St-Pierre écrit en collaboration avec Mme Pauline Gill, « Je vous ai tant cherchée » aux Éditions VLB. Vous pouvez sans doute le retrouver à votre Bibliothèque municipale.

Si vous désirez participer à l'émission, écrivez directement à Mme Normay St-Pierre à l'adresse suivante: normay.stpierre@videotron.ca Elle se fera un plaisir de vous contacter et de vous fixer un rendez-vous téléphonique. Vous n’avez donc pas à vous déplacer pour vous présenter en studio. Les enregistrements sont faits à 19h00.

Marthe Charest
Mère d’origine qui a retrouvé sa fille en 2003

<< Retour


Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents
Casier postal 47002
Lévis (Québec)
G6Z 2L3

Règlements généraux adoptés par le C.A. | Rapport annuel 2020

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice
Téléphone : 418 903 9960
Téléphone : 1 888 646 1060 (sans frais)
Télécopie : 418 834 9627

Téléchargez notre logo ou bannières

© 1996-2021 Mouvement Retrouvailles. Tous droits réservés, reproduction interdite.